Saviez-vous que de nombreuses personnes ont peur de vomir ? Elles sont atteintes d’une phobie appelée « émétophobie ». La branche britannique du National Health Service la caractérise comme la troisième phobie la plus répandue au monde, derrière la phobie sociale et l’agoraphobie. Comment se manifeste-t-elle et comment en sortir ?

Que signifie l’Émétophobie ?

L’émétophobie est moins connue que l’agoraphobie ou la claustrophobie et pourtant, elle est aussi handicapante que ces dernières. Le terme émétophobie provient du grec « emein » signifiant « vomir » et « phobos » signifiant « peur ». En d’autres termes, l’émétophobie représente la peur de vomir.

Une peur panique, morbide et bien réelle, différente d’un simple dégoût. Cécile Kapfer, psychologue clinicienne et auteure d’un livre sur les phobies intitulé « Dépasser ses peurs » (Editions Ellébore, 2011), ajoute que cette peur concerne également les états nauséeux, voire les maux de ventre, dans des cas extrêmes. L’émétophobie est une crainte quotidienne et obsédante.

Cette phobie considérée comme corporelle représente une honte pour ceux qui en sont touchés. Ils la vivent mal et finissent par avoir peur de vomir à tout moment. Ils se mettent ainsi à éviter les situations pouvant les déclencher. Cela les conduit à s’imposer des règles de vie strictes et restrictives qui finiront par les désocialiser. Ils évitent les sorties et contacts qui peuvent être à l’origine de maladies diverses conduisant à vomir.

Comment reconnaitre l’émétophobie ?

Comme pour toutes les phobies, personne ne choisit de devenir émétophobe.

Étant une phobie, l’émétophobie peut se manifester par des nausées et des vomissements. L’émétophobe confronté à une sensation déclencheur peut présenter une bouche sèche, avoir des palpitations cardiaques, du mal respirer, avoir la tête qui tourne ou des vertiges, avoir la gorge ou l’estomac noué, suer, avoir une soudaine bouffée de chaleur ou, au contraire, ressentir un coup de froid qui lui donne la chair de poule. Il peut même devenir plus agressif et ne pas réussir à parler.
Certaines personnes touchées sélectionnent les aliments qu’ils vont ingérer (par exemple : que des aliments congelés en espérant qu’ils contiennent moins de microbes).
Les invitations chez des amis sont refusées.

Chaque crise est un calvaire et peut survenir dans n’importe quel endroit.

L’origine de l’émétophobie

Théorie classique

L’origine de ce trouble psychologique remonterait à l’enfance. Sans le savoir ou sans s’en rappeler, l’émétophobe aurait vécu une situation qui aurait déclenché sa phobie quand il a grandi. Certains émétophobes auraient mal vécu un épisode de gastro-entérite, dans leur enfance. D’autres auraient été victimes d’abus sexuel ou de viol.

On rencontre aussi des émétophobes qui développeraient cette phobie après avoir vu un de leurs proches souffrir de vomissements et de nausée intenses (une personne enceinte ou malade). Les émétophobes ne craignent pas seulement le fait de vomir ou la nausée, mais également l’idée de ressentir les émotions telles que la peur ou le dégoût liées à ces derniers.

Théorie actuelle des neurosciences

L’émétophobie, comme toutes les phobies, est due à une alarme « Danger de Mort » du cerveau reptilien.
Elle est à l’origine d’une association sensorielle entre la perception de la peur de vomir et de la perte de conscience accidentelle.
Pour plus de détails, consultez « la théorie moderne des phobies »

Se libérer de l’émétophobie !

Thérapies classiques :

Les patients ont fréquemment honte de parler de leurs symptômes à leur médecin. La prise en charge classique associe, en règle générale, la pharmacothérapie par antidépresseur sérotoninergiques à hautes doses avec une thérapie cognitive et comportementale. Dans ces thérapies (TCC), les personnes sont désensibilisées par paliers aux situations anxiogènes.
Un patient motivé d’affronter ses peurs peut, après des semaines de thérapie, observer une diminution de la gravité de sa maladie.

Mais aucune thérapie classique ne donne de résultats instantanés et définitifs.

Méthode NERTI :

Luc Geiger, l’inventeur de la méthode NERTI, a réussi à guérir une jeune fille de son émétophobie, en direct, lors d’une émission M6. [Regardez la vidéo !]

Alors, prêt à l’essayer ?
Si vous ne souhaitez pas consulter un psychothérapeute ou un psychologue pour vous débarrasser de votre phobie, TESTEZ LA SOLUTION EFFICACE, la Méthode en ligne NERTI (vous devenez votre propre thérapeute !)
NERTI va directement éliminer l’origine de la réaction phobique, et produire ainsi une disparition instantanée de l’émétophobie.
Cette disparition est définitive car le cerveau reptilien fait une nouvelle expérience qui change sa perception (« la théorie moderne des phobies »).
En effet, comment croire à nouveau au père Noël quand on sait qu’il n’existe pas !
C’est la même chose pour votre cerveau, après une séance NERTI, il ne croira plus qu’il y a danger de mort (donc plus d’angoisse) quand il sera au contact de ce qui vous stressait !

Pour en savoir plus sur la méthode NERTI, inscrivez-vous à l’atelier vidéo, en remplissant le formulaire ci-dessous :

Nous respectons votre vie privée : votre adresse ne sera jamais divulguée à un tiers. En remplissant ce formulaire, vous acceptez de recevoir nos offres et notre newsletter. Un lien de désinscription est inséré à la fin de chacun de nos emails. Pour notre politique de confidentialité : cliquez dans le footer de cette page.

 

Dites-moi à quelle adresse
vous envoyer votre accès à

l'atelier Gratuit :

"Libérez-vous
de vos émotions incontrôlables"