La nomophobie est une autre phobie qui n’est pas encore courante mais qui devrait le devenir. Il s’agit d’une phobie liée à l’évolution et à la technologie. Elle désigne la peur d’être séparé de son téléphone portable. Elle n’est pas vraiment considérée comme une maladie ou une phobie, mais plutôt comme une addiction.

Que signifie la nomophobie ?

Le terme nomophobie vient de l’anglais « no mobile-phon media » et signifie la crainte de l’absence de portable. Cette phobie est nouvelle et n’est apparue que durant notre siècle. De plus, elle ne cesse pas d’augmenter depuis le début du 21e siècle, en fonction de la recrudescence du téléphone portable et de son usage.

Elle s’apparente surtout à une addiction, une angoisse ressentie quand la personne se trouve loin de son téléphone. Elle peut toucher chacun d’entre nous, à n’importe quel moment. La UK Post Office a conduit une étude qui a révélé, il y a dix ans, que 53% des usagers de téléphones portables deviennent anxieux lorsqu’ils perdent leur mobile, ou même lorsque leur batterie est faible ou si la couverture réseau de l’endroit où il se trouve est mauvaise. Puisque cette phobie ressemble à de l’addiction, les nomophobes ont ainsi tendance à toucher ou regarder leur téléphone, très, très régulièrement.

Ils ont besoin de la présence de leur mobile et veulent l’avoir à leur côté en toutes circonstances et à tout moment. Les personnes atteintes de nomophobies n’ont pas seulement peur de ne pas avoir leur portable sur eux, ils se sentent également loin ou coupés du monde lorsqu’ils ne l’ont pas sur eux. A l’heure où les smartphones sont de plus en plus présents dans la société, cette phobie semble se développer de plus en plus.

Comment reconnaitre la nomophobie ?

La nomophobie cause de l’angoisse et des crises de panique chez les personnes atteintes. Les personnes qui perdent leur téléphone, que ce soit seulement de vue ou réellement, ressentent une grande angoisse qui peut les conduire à une sensation d’étouffer, de ne plus respirer ou provoquer de la sudation et un trouble du rythme cardiaque.

Le nomophobe ressent un vide immense quand il perd son portable. Il prend ses précautions pour ne pas se retrouver confronté à cette situation. Il peut emporter son chargeur en permanence ou veiller à ne pas se retrouver dans un lieu sans réseau ou avec un faible signal. Lorsqu’il a un problème lié à ce petit appareil, il peut finir par trembler ou faire une crise de tachycardie.

Se libérer de la nomophobie !

Thérapies classiques :

Contre la nomophobie, il est possible de faire appel à la psychothérapie ou aux thérapies comportementales.
Dans les thérapies (TCC), les personnes sont désensibilisées par paliers aux situations anxiogènes. Un patient motivé d’affronter ses peurs peut, après des semaines de thérapie, observer une diminution de la gravité de son addiction.

Mais aucune thérapie classique ne donne de résultats instantanés et définitifs.

La nomophobie peut être légère ou sévère. Si elle est légère, le nomophobe peut en guérir de lui-même en limitant son comportement addictif. Il peut, par exemple, restreindre quotidiennement l’utilisation de son téléphone, en limitant la durée d’usage de ce petit gadget. Une fois qu’il arrive à restreindre son usage, il pourra progresser de plus en plus en augmentant le temps de sevrage.

Méthode NERTI :

NERTI va directement éliminer l’origine de la réaction phobique, et produire ainsi une disparition instantanée de la nomophobie.
Cette disparition est définitive car le cerveau reptilien fait une nouvelle expérience qui change sa perception (« la théorie moderne des phobies »).
En effet, comment croire à nouveau au père Noël quand on sait qu’il n’existe pas !
C’est la même chose pour votre cerveau, après une séance NERTI, il ne croira plus qu’il y a danger de mort (donc plus d’angoisse) quand il sera au contact de ce qui vous stressait !

Pour en savoir plus sur la méthode NERTI, inscrivez-vous à l’atelier vidéo, en remplissant le formulaire ci-dessous :

Nous respectons votre vie privée : votre adresse ne sera jamais divulguée à un tiers. En remplissant ce formulaire, vous acceptez de recevoir nos offres et notre newsletter. Un lien de désinscription est inséré à la fin de chacun de nos emails. Pour notre politique de confidentialité : cliquez dans le footer de cette page.

 

 

Dites-moi à quelle adresse
vous envoyer votre accès à

l'atelier Gratuit :

"Libérez-vous
de vos émotions incontrôlables"