Êtes-vous concerné par la peur des araignées ?
Seriez-vous arachnophobe ?

Si à la vue d’une araignée, vous sentez l’angoisse monter, le cœur battre la chamade, les mains devenir moite, la gorge se serrer ou encore d’autres symptômes qui vous handicapent…
De plus, si rien ne parvient à vous calmer...
Alors je peux vous l’affirmer, vous avez bien la phobie des araignées.

Quelles en sont les origines ? Que faire pour s’en sortir ???
Je vous explique tout ça dans l’article qui suit !

Les origines de la peur des araignées

Il y a des traumatismes qui se gravent à jamais dans notre mémoire, amenant notre cerveau reptilien (celui qui se croit en danger de mort) à répéter des réactions excessives !

Cette peur pourrait remonter à l’époque du fœtus. Durant les derniers jours dans le ventre de sa mère, il peut voir des couleurs, de la lumière… et distinguer les vaisseaux sanguins.
Ceux-ci peuvent faire penser à une araignée.

Ensuite dans le ventre ou lors de l’accouchement, si le bébé a été victime d’une asphyxie, d’une perte de conscience, notamment lors de l’accouchement, il aura pu garder en mémoire la vue de ces vaisseaux sanguins formant de véritables sortes d’araignées ou de toiles d’araignées ! (Bouh…)
En définitive, il va conserver en mémoire les traces de ces perturbations vécues in utero.

 

Que se passe t-il lorsque vous avez peur ?

Comme toutes les phobies, la peur arrive de manière irraisonnée et non cohérente.
En gros, vous avez peur d’une chose qui n’est pas dangereuse en soi
Ok, je ne vais pas jouer le rabat-joie et vous dire ce que vous devez entendre à longueur de journée : « ce n’est pas la petite bête qui va manger la grosse »

Mais les faits sont bien là : vous ne parvenez pas à vous contrôler malgré votre bonne volonté.

En outre, ces situations deviennent vraiment handicapantes par rapport :
– à vos réactions démesurées : à la vue de l’araignée, votre corps entre « en transe ».
Par exemple, votre respiration s’altère et tout un arsenal de sensations viennent vous étonner, vous abasourdir, vous accabler : tachycardie, vertige, maux de ventre, crise de panique, vomissement, évanouissement…
Et là, vous ne contrôlez plus rien !
En somme, c’est la phobie qui vous contrôle et qui vous domine !

– au fait que vous mettez en place toute une panoplie de subterfuges pour éviter de vous retrouver nez à nez face à une araignée !
En d’autres termes, vous anticipez tellement l’appréhension est forte.
Du coup, dès que vous rentrez chez vous ou dans une pièce (le soir, avant de se coucher), vous inspectez la maison de fond en comble…
Et là, encore, il n’est pas possible de se contenir !

 

Comment y remédier ?

Avant de réaliser cet article, je me suis amusé à lire la presse qui traitait de cette peur !
Et je vous avouerais que j’ai bien ri !

1ère solution progressive… très progressive dans le temps

Donc vous avez la possibilité de régler la peur des araignées grâce aux thérapies cognitivo-comportementales…
C’est à dire que l’on va confronter le patient à la bête qui lui fait horriblement peur !
Vous imaginez le supplice…
Bon, on ne vous met pas de suite en contact avec une araignée… non, non, on y va à petit feu, hein.. (lol)
Et j’adore quand ils concluent leur article en disant que cette thérapie est « progressive, mais normalement assez rapide »… la peur est résolue « en 10 à 15 séances ».
Nous ne devons pas avoir la même définition du terme « rapide » !!! (Ah, ah, ah…)

2ème solution radicale… un peu trop radicale

Sinon j’ai pu voir une autre solution efficace et beaucoup plus radicale !
Ça, c’est le moins que l’on puisse dire !!!
En effet, la pratique consiste à administrer un médicament, le Propranolol, un méta-bloquant…
En peu de temps, c’est fou car le patient supporte très bien la vue de l’araignée…
Petit bémol (de taille !) : le traitement agit ainsi sur la mémoire sélective pour aider les arachnophobes à oublier les traumatismes à la base de leur peur…
Perso, ça me fait froid dans le dos !
Ce qui est sûr, c’est que ça entraine de « petits effets secondaires » avérés et stipulés sur la notice : douleurs d’estomac, nausées, vomissements, diarrhées, fatigue en début de traitement, sensations de mains et de pieds froids, troubles de l’érection, ralentissements important du cœur, insomnies, cauchemars.
Hop, on squizze les sensations issues des angoisses, et hop, on s’en chope d’autres…
Intéressant comme concept, n’est-ce pas ?
En plus, on est en droit de se demander si cela n’altèrerait pas légèrement quelques neurones au passage ?

 

En conclusion,

Si vous êtes atteint d’une phobie des araignées et que cela vous handicape dans la vie de tous les jours, optez pour une solution RAPIDE, EFFICACE et NATURELLE !
Alors choisissez l’option NERTI !
En effet, il s’agit d’une méthode qui ne consiste pas à apprivoiser la bête; on n’exigera pas de vous confronter à la situation pour vous désensibiliser.
On ne vous recommandera pas de gober des cachets qui vous mettront dans un état second avec des effets non déterminés sur le long terme !
Ainsi avec NERTI, on vous demandera simplement d’être à l’écoute de vos sensations, de les laisser monter… et votre cerveau assimilera le fait qu’il n’y a plus de danger et comprendra qu’il n’est plus nécessaire de réagir… car il n’y a plus de danger ! Simple comme bonjour !

Pour reprendre enfin le pouvoir face à ces petites bêtes, cliquez sur le lien ci-dessous !

methode-nerti-qu'est-ce-que-c'est

 

Lisez un autre article intéressant : Phobies : NERTI ou une psychanalyse?

Leave a Reply

Your email address will not be published.

CommentLuv badge