PEUR DE L’ECHEC – elle vous empêche d’avancer ?

QUI N’A JAMAIS RESSENTI LA PEUR DE L’ÉCHEC ?

 

Depuis notre enfance nous avons tous au moins une fois ressentis la peur de l’échec.

Non ?

Quand vous étiez à l’école, ne vous souvenez vous pas, déjà, de cette peur  d’échouer ?

 

 

N’avez vous jamais eu peur d’être interrogé et de ne pas savoir répondre juste, devant toute la classe ?

 

La peur de l'échec : cauchemar des élèves devant le tableau noir

 

Ce moment où vous savez qu’on va vous interroger où vos mains deviennent moites, votre rythme cardiaque s’accélère et là vous entendez votre prénom !

Vous souvenez vous, de la chaleur que vous sentez monter sur votre visage ? Vous devenez rouge et vous commencez à sortir des mots sans voyelles !

 

 

Avez vous déjà eu une peur incontrôlable, à l’idée d’échouer à un contrôle ?

 

Récitation, trou noir et peur de l'échec

 

Personnellement j’en ai un très bon souvenir, ou du moins, un très mauvais !

Cette peur était pour moi, la conséquence de ce qui se produirai si je devais montrer une mauvaise note à ma mère !

Et bien je peux vous garantir, que ce n’était pas paillettes et cotillons !

Mais cette peur est “normale”,  tant qu’elle reste passagère et qu’elle ne vous empêche pas d’oser avancer dans vos vies !

 

Dans l’exemple de ma peur d’échouer à une interrogation, si la peur de rater mon contrôle m’avait fait perdre le sommeil, perdre l’appétit.

Si j’avais eu systématiquement une boule au ventre durant des jours avant mon contrôle ; les mains moites et la mémoire qui flanche devant ma feuille le jour J…, nous pourrions dire là que j’étais : Kakorrhaphiophobie

 

Alors là, tout de suite, je suis bien contente de ne pas avoir dû expliquer à mon enseignante, que j’étais handicapée pour mon examen à cause de cette phobie au nom imprononçable !

Je pense qu’elle ne m’aurait jamais cru !

 

 

 

Parlons en justement de cette peur excessive,  de cette phobie de l’échec.

 

Entendons nous bien.

Avoir peur d’échouer est normal. Cela contribue à nous motiver, à nous préparer.

Appréhender l’échec, nous montre que ce vers quoi nous cheminons, à du sens pour nous.

Que cet objectif est important pour nous.

 

Mais ce qui devient compliqué c’est quand cette peur de l’échec est en réalité une véritable PHOBIE.

Cette phobie, la Kakorrhaphiophobie, vous empêche d’avancer et d’être vous même ?

Peut-être vous reconnaitrez vous dans les exemples qui vont suivre :

 

LA PEUR D’AIMER,

 

La peur de l'échec en amour

Vous avez tellement peur de vous faire larguer, de souffrir, que votre relation sentimentale soit un échec, que vous refusez d’ouvrir votre cœur.

Les moindres paroles, messages, sont interprétés pour y voir une potentielle raison de rupture.

Vous êtes paniqué, vous avez une boule au ventre, vous réagissez de façon excessive,  dès que vous n’avez pas de nouvelles dans la journée.

Ou, vous fuyiez le jour de votre mariage car vous êtes persuadé, sans raisons objectives, que votre mariage va finir en divorce !

Il y a des chances qu’en plus d’être PHILOPHOBE que vous soyez KAKORRHAPHIOPHOBIQUE !

 

 

LE PERFECTIONNISME,

 

 

Vous connaissez des perfectionnistes ?

Moi, j’en connais une très bien. Moi !

Quand quelque chose me tient vraiment à cœur, je pense que ça peut toujours être amélioré.

Quel enfer d’accepter le point final et l’ouverture aux yeux du monde, d’un projet !

J’ai toujours ce désir d’améliorer les choses.

 

 

 

 

Mais elles peuvent toujours l’être.

Si nous attendons la perfection, il se peut que l’on ne se lance jamais, car trouve t’on un jour la perfection ?

Je ne pense pas.

 

Le perfectionnisme est signe d’engagement, de volonté de bien faire et de donner toujours plus.

Mais  quand cette qualité se transforme en défaut, en peur, il se peut qu’il se cache derrière une hyper-réactivité inconsciente.

 

 

Si lorsque vous postulez à une offre d’emploi, vous n’arrivez pas à appuyez sur envoyer, car vous avez le sentiment que votre CV et votre lettre de motivation n’est pas assez bien.

Si vous retardez toujours la date de présentation de votre projet professionnel…

Vous avez vraisemblablement une peur excessive, que ce que vous allez proposer ne soit pas assez bien et de vous  retrouvez en situation d’échec.

 

 

PEUR D’ÉCHOUER ET BLESSURES ÉMOTIONNELLES :

La peur de l’échec peut être induite par des blessures émotionnelles inconscientes.

Dans le cas de mon premier exemple sur la peur d’aimer, LA BLESSURE D’ABANDON et  D’HUMILIATION OU DE REJET  dans mon deuxième exemple.

Des ancrages cérébraux qui sans qu’on en ait conscience déclenchent des réactions de protection.

Dans le cas de notre phobie de l’échec, la situation que vous rencontrez, par exemple la peur excessive de vous rendre à un entretien d’embauche, est due à votre mémoire traumatique.

Un traumatisme inconscient, peut être une blessure émotionnelle, qui fait réagir une partie de votre cerveau.

Cette partie du cerveau, dit “cerveau reptilien” à pour seul objectif de vous protéger !

 

 

Si il interprète la situation comme un danger de mort imminent il va déclencher des mécanismes pour vous protéger.

 

Ici dans notre exemple, vous devez allez passer un entretien.

Face à cette mise en danger, votre cerveau mettra en place des processus de défenses comme par exemple : palpitations cardiaque, difficultés à vous exprimez, maux de ventre, sueur, envie de pleurer, voir à l’annulation du rendez-vous…

 

 

Quand la peur de l’échec devient à ce point là handicapante, nous ne pouvons que vous conseiller une chose :

 

« UTILISEZ LA METHODE NERTI ! »

 

La méthode AUTO-NERTI, est la manière la plus efficace pour vous débarrasser DÉFINITIVEMENT de votre peur d’échouer !

 

Vous serez ainsi, enfin LIBRE D’ÊTRE VOUS !

Et ils en témoignent pour vous !

 

 

Votre peur de l’échec peut également venir  d’un manque de confiance en soi. Mais ça, c’est une autre histoire dont nous vous parlons dans un autre article.

 

 

Cindy LE FALHER.

Pour devenir libre d'être vous-même,

découvrez les vidéos de présentation de la méthode NERTI

Donnez votre avis