Procrastination : et vous, reportez-vous souvent au lendemain ?…

 

C’est cette tendance régulière à repousser au lendemain certaines tâches.
Ok… et alors ce n’est pas si grave.
« Je le ferai demain » !
Pourtant ces tâches étaient prévues, nécessaires voire même importantes.
« Oui, mais j’ai mieux à faire ! »
C’est exactement ça, vous préférez vous consacrer à d’autres choses car ce que vous devez faire est plutôt déplaisant, ou pour laquelle la récompense est inexistante ou encore difficile à cerner !
Du coup, cela créé en vous, un conflit intérieur entre ce que vous devez réaliser et ce que vous faites réellement…
Finalement ce n’est pas très cool à vivre…
Le bénéfice est à court terme et c’est reculer pour mieux sauter…

 

Voici quelques explications

Avez-vous déjà paniqué devant une liste, sans fin, de choses à réaliser  ?…
Est-ce qu’il n’est pas rare d’avoir une pile de dossiers et de mails qui s’entassent et qui devraient être gérés au plus vite ?
Êtes-vous de ceux qui empilent les affaires de manière non ordonnée ?
Vous arrive t-il de repousser à plus tard (bien plus tard) des rendez-vous chez un docteur ?


C’est carrément incroyable : saviez-vous que 20% des gens estiment qu’ils le sont de manière chronique ?
C’est une forme d’auto-sabotage; cela consiste à se mettre des freins, des barrières, des obstacles (tout seul comme un grand) pour choisir de ramer, de perdre du temps, de faire des trucs improductifs…
Du coup, quand ça vous arrive, qu’est-ce qu’il se passe dans votre tête ?
Est-ce que vous pensez seulement : pas grave, je le ferai plus tard…
Et bien non, ça ne se passe pas comme ça…
Peut-être dans un 1er temps…
Mais après, vous vous dites : « je suis un bon à rien », « je suis paresseux », « je manque cruellement de volonté »…
Et Zou, voilà, la culpabilité qui revient à grands galops vous rendre une petite visite !!!
Qu’est-ce qu’elle est sympa, celle-là… [Rires]
Et cette culpabilité, elle ne règle absolument rien…
Et même, elle renforce ce mécanisme de « je le ferai plus tard puisque maintenant c’est trop tard, c’est déjà foutu.. alors un peu plus ou un peu moins, on n’est plus à ça près… »

 

3 Profils types de procrastinateurs : Quel serait le votre ???

  • Dans un 1er temps, il y a l’AMATEUR de SENSATIONS FORTES :
    Oui, oui, c’est celui qui aime bien se faire peur…
    Il attend la dernière minute pour obtenir son quota de sensations, comme un drogué qui prend son shoot !
  • Ensuite, on trouve l’EVITANT :
    Lui, il souhaite éviter la peur de l’échec ou encore du succès mais il reste super préoccupé par l’avis des autres par rapport à lui-même.
    Il reporte à plus tard comme ça , s’il venait à échouer, il préfère que l’on dise de lui que c’est par manque de moyens ou de capacités plutôt que par manque de volonté…
  • Enfin on recense l’INDECIS parmi les procrastinateurs :
    Quant à eux, ils ne souhaitent pas prendre de risques… donc ne peuvent pas prendre de décisions…

 

Peut-on dire qu'il s'agit d'un problème de gestion du temps ?

Et non, pas vraiment…
C’est profondément lié à soi plutôt qu’à quelque chose d’extérieur à soi comme le temps !

Et Bim… Ce sont ceux qui ont une faible estime de soi-même, qui sont anxieux.

Peur de l’échec

Paradoxalement cela touche particulièrement ceux qui ont une peur sous-jacente d’échouer.
C’est un drôle de raisonnement, je vous l’accorde…
Mais comme il ne veut pas se prendre le mur…
Et bien, il y fonce assurément dedans !

Peur de réussir

C’est la même chose pour ceux qui ont peur de réussir !
Le changement et surtout l’inconnu que vont provoquer le succès, la prospérité, le bonheur (…) va déstabiliser la personne au point où elle préférera reporter afin de ne pas se retrouver confronté à cette situation…

Et bien d’autres réactions…

Il y a encore d’autres facteurs psychologiques qui tendent vers la procrastination : on y retrouve à la fois l’apathie (le fait d’être dans une incapacité d’agir) mais aussi l’impulsivité (le fait de réagir rapidement sans se poser et réfléchir…
Hop, hop, hop, je préfère ne pas faire ce truc qui me gonfle et je vais me prendre du bon temps, là maintenant!
[vous prendre bien un petit carreau de chocolat, un bain… avant de faire le rapport que votre client attend avec impatience]

 

Concrètement quelles sont les conséquences ?

Wahou… La liste va être longue…
Je vais vous citer quelques exemples !
Et j’avoue que les conséquences sont quelque peu dommageables, contrairement à ce que l’on a pu ressentir, dans un 1er temps, lorsqu’on a préféré faire une autre tâche plus sympathique.

Découragement :

La personne va se décourager avant même d’agir (A quoi bon, je n’y arriverai jamais…).
Bref, elle baisse les bras avant même d’avoir commencé !

Perte de confiance :

De même, elle va s’auto-évaluer de manière très, très négative : « je suis nulle », « pas capable »,…
C’est aussi une manière d’éviter qu’autrui l’évalue (si la personne n’a rien fait, on ne peut pas lui faire des remarques, du type, tu aurais pu faire comme ça ou encore si tu t’y étais mieux pris, tu aurais mieux réussi… !)

Incertitudes :

Cela entraine inévitablement des tergiversations : « j’y vais, j’y vais pas »… « Et si j’y vais, qu’est-ce qu’il va se passer ? »…
« Pfff, et et si je rate, qu’est-ce qu’on va penser de moi »… « Bref, je le ferai plus tard : quand je serai prêt, quand j’aurai plus d’argent, quand les enfants seront partis de la maison »…)
Irrémédiablement les personnes vont se retrouver dans un labyrinthe qui engendrera des troubles de l’humeurvoire de l’anxiété sociale (peur de voir, rencontrer du monde, de se retrouver confronté à un éventuel jugement de la part d’autrui)…

 

Du point de vue de l'angle NEURO-PSYCHIQUE,
qu'est-ce qu'il se passe ?

Les personnes qui procrastinent se trouvent tiraillées entre :
– la Tentation sociale
– l’activité générant du Plaisir
– l’action qui va apporter une Récompense immédiate

Qu’est-ce qu’il se passe au niveau du cerveau ?

Il y a 2 zones du cerveau qui sont sollicitées, dans ce cas…

En effet, le cerveau limbique et le cortex pré-frontal se livrent une petite guéguerre infernale…

Le limbique intervient dans les comportements inconscients automatiques.
De plus, il contribue à la formation de la mémoire et impacte le comportement (comme l’agressivité, la peur, le plaisir…)

En revanche le cortex pré-frontal permet d’avoir un comportement plus flexible et adapté au contexte (il est dans l’anticipation, planification, organisation, logique…).
Et celui-ci demande plus d’énergie pour le mettre en action…
Du coup, si la personne n’a pas suffisamment d’énergie pour la résolution de la situation…
Et bien, c’est le cerveau limbique qui va agir le 1er…
Et voilà que la personne se retrouve à procrastiner ! Bim !

Il y a un lien entre Dopamine et Procrastination

En effet, la Dopamine est un neuro-transmetteur qui intervient dans différentes fonctions importantes dont le comportement, la motricité, le sommeil, la mémorisation…
Quand nous pensons mériter une récompense, nous allons produire plus de dopamine, de ce fait, nous allons avoir plus de motivation !
Si l’on a envie de reporter au lendemain, c’est que la chose à réaliser n’est apparemment pas très « sexy »…
La récompense ne doit pas être suffisamment intéressante pour se mettre en action de suite !
Donc, Bye-bye, on la retrouvera demain, ou après-demain… ou dans un mois…

 

Comment faire pour la vaincre ?

 

Si déjà vous arrivez à faire le constat qu’il y a une force qui vous empêche de le faire dans l’immédiat…
C’est alors un 1er pas, vous prenez du recul par rapport à la situation, la charge émotionnelle est moins forte.

Vous pouvez aussi changer d’environnement et surtout couper toutes sources de distractions !
Par exemple :  quand vous êtes plus attiré par votre télé, votre téléphone, votre ordi (…) plutôt que de faire du rangement…
Sortez prendre l’air !

Enfin vous avez peut-être besoin d’un cadre
Je m’explique : quand on n’a pas de deadline, on est libre.. libre de remettre à plus tard.
Alors que lorsque l’on se fixe des objectifs avec des échéances, on créé une forme d’engagements envers soi-même !

 

NERTI, la solution pour se libérer de la procrastination !!!

Si la procrastination vous fait reporter maintes et maintes fois des rendez-vous, des tâches administratives importantes, des activités relatives à votre activité professionnelle… et que cela engendre des conséquences préjudiciables.
Il est peut-être temps de prendre les choses en main !
Recourir à la solution NERTI est le seul moyen rapide, efficace et durable (puisque définitif) de combattre ce mal-être !
Vous ne savez pas encore en quoi consiste NERTI ? 
C’est le Nettoyage Émotionnel Rapide des Traumatismes Inconscients !
Il s’agit alors travailler sur les sensations physiques associées à la peur et non pas sur le psychisme (trop long et inutile de savoir le pourquoi.

▶ NE PROCRASTINEZ PLUS, DE MANIÈRE RAPIDE, EFFICACE ET DÉFINITIVE GRACE À NERTI !

 

En conclusion,

un changement de priorité n’est pas grave en soi.
Reporter une tâche importante car vous vous sentez fatigué n’est pas non plus forcément lié à de la procrastination.
Mais si vous vous apercevez que vous reportez de manière systématique toutes les tâches désagréables et que ça créé un véritable mal-être chez vous, que vous vous rendez compte que cela vous envoie de manière systématique dans le mur et vers la case ÉCHEC !
ALORS IL FAUT AGIR DE SUITE !
NERTI peut remédier de façon rapide et efficace à cette gêne inconfortable !

arrow

decouvrir-la-methode-nerti

Autre article qui pourrait vous intéresser : "Et si avoir peur était un atout"

 

Leave a Reply

Your email address will not be published.

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.

Dites-moi à quelle adresse
vous envoyer votre accès à

l'atelier Gratuit :

"Libérez-vous
de vos émotions incontrôlables"