Comment aider mon enfant avec la phobie scolaire ?

Les parents dont les enfants souffrent de phobie scolaire sont mis à l’épreuve et essaient souvent différentes solutions : accompagner l’enfant, raisonner ensemble pour réduire le malaise, essayer de contraindre, changer la figure d’accompagnement à l’école. Nous vous proposons ci-dessous quelques conseils et réflexions qui peuvent vous permettre d’aider vos enfants le plus possible.

Lui parler de l’anxiété

L’anxiété est une émotion fondamentale et tout à fait spontanée qui peut aider à faire face à certaines circonstances et à accroître la capacité d’adaptation.

Elle n’est pas toujours négative, mais si elle dépasse certains niveaux, elle peut rendre difficile la gestion de certaines situations.

Ce que vous pourriez donc faire est de maintenir au mieux le socle d’un dialogue et d’une communication ouverts et spontanés, sans pression ni exigence.

Lui faire comprendre que ne pas aller à l’école n’est pas une option

Comme pour toutes les phobies, si nous évitons l’objet de notre peur, celle-ci est amplifiée.

Ainsi, si le fait d’autoriser l’enfant à ne pas aller à l’école permet de faire disparaître immédiatement tous les symptômes désagréables à ce moment-là, ils réapparaîtront malheureusement à nouveau.

Et peut-être plus intensément le lendemain lorsqu’il devra à reprendre le chemin des cours.

Faites donc comprendre à l’enfant que la seule raison de ne pas aller à l’école est d’avoir de la fièvre.

Ce n’est pas négociable.

Vous devez le faire avec fermeté, mais aussi avec beaucoup d’amour.

Écoutez-le s’il veut vous parler de son mal-être à l’école, soyez compréhensif, dites-lui que vous comprenez que tout cela est très désagréable pour lui, promettez-lui de l’aider et assurez-lui en toute confiance qu’il s’en sortira.

S’assurer qu’il dort les heures dont il a besoin pour grandir

Le sommeil est très important pour le bon fonctionnement du corps humain.

Il contribue à la longévité, à la mémoire, à la créativité, à la régulation des émotions, réduit l’inflammation, augmente les performances physiques et mentales, et bien sûr aide à réduire le stress et la dépression.

Les enfants de 3 à 7 ans devraient dormir entre 10 et 12 heures chaque nuit, tandis que les enfants de 8 à 12 ans devraient dormir entre 10 et 11 heures chaque nuit.

Assurer un petit-déjeuner calme et agréable

Préparez les sacs et les vêtements qu’ils porteront la veille au soir.

Réveillez vos enfants avec des câlins et des baisers, prenez le petit-déjeuner ensemble et, à l’heure du déjeuner, partagez un moment agréable de la journée précédente, un attribut positif que chacun a en soi et une bonne chose qui, selon vous, va se produire aujourd’hui.

Mais le plus important est de contrôler son propre niveau de stress, de rester positif en riant beaucoup et surtout en évitant les cris et les tensions.

Exposition graduelle

La solution pour toutes les phobies est l’exposition progressive à notre peur.

Le plus important dans cette thérapie est de procéder par petites étapes, en évaluant son anxiété à chaque étape (de 1 à 10), et de ne pas passer à l’étape suivante à moins que son anxiété ne soit constamment à 2-4 avec des techniques de relaxation pendant au moins 2 minutes.

L’exposition progressive demande de la patience et de la persévérance.

Déterminez donc le temps que vous pensez être nécessaire pour prendre les mesures qui s’imposent.

Si le temps n’est pas suffisant ou si les étapes ne sont pas assez modestes pour garantir une réduction du niveau d’anxiété, faites un ajustement en conséquence.

Par exemple, les étapes peuvent être les suivantes : prendre son sac pour quitter la maison, monter dans la voiture pour aller à l’école, s’arrêter sur le chemin, s’arrêter à un endroit où il peut voir l’école, mais où vous êtes encore loin, être devant l’établissement, mais dans la voiture, sortir de la voiture, mais ne pas aller à la porte, être devant la porte.

Pour aller plus loin :