Quel traitement pour la phobie scolaire ?

Tous les parents d’enfants en âge d’aller à l’école ont vécu une situation similaire : leur progéniture n’a aucune envie d’aller à l’école et les devoirs quotidiens deviennent un véritable parcours du combattant.

Toutefois, que faire si votre enfant refuse catégoriquement d’aller à l’école ou s’il a peur et trouve toujours des motifs pour s’y rendre ?

Dans ces cas, le problème est généralement plus grave et relève d’une phobie scolaire.

Heureusement, il existe quelques méthodes éprouvées pour traiter ce problème, et nous ferons le point dans cet article.

Faire une thérapie familiale

Il s’agit de l’une des approches thérapeutiques alternatives qui vise à trouver une solution au problème en instaurant de nouvelles formes de communication et de collaboration entre les membres de la famille.

Cependant, il est toujours important de faire participer toute la famille à la thérapie : en effet, tous les membres peuvent bénéficier d’une résolution du problème de la phobie scolaire.

La phobie scolaire ne doit pas être considérée comme un problème individuel, mais plutôt comme le résultat d’une dynamique relationnelle et familiale complexe.

L’incohérence des lignes éducatives parentales peut être un facteur de risque pour le développement des symptômes de la phobie scolaire.

Ainsi, le psychologue peut aider les membres de la famille à voir le type de dynamique qu’adoptent l’enfant et surtout les parents.

Lors des séances, on peut réfléchir aux conséquences de certains choix comportementaux et reconsidérer sa façon d’être dans la famille.

Cela aide certainement l’adolescent, surtout, à affronter au mieux un âge déjà complexe en soi.

Envisager la psychothérapie

La psychothérapie est une méthode très efficace pour traiter tous les types de troubles anxieux, notamment la phobie scolaire.

Le type de psychothérapie le plus couramment utilisé est la thérapie cognitivo-comportementale, avec des techniques telles que l’exposition (retour progressif aux cours) et l’entraînement aux compétences dans certaines situations scolaires.

La thérapie d’exposition est excellente pour traiter la phobie scolaire car elle aide l’enfant à comprendre l’irrationalité de ses peurs et à restructurer sa pensée. La thérapie d’exposition est souvent accompagnée de techniques de relaxation que le patient peut mettre en pratique lorsqu’il a des craintes.

En termes simples, les premières séances de thérapie sont menées dans un environnement contrôlé, probablement dans le cabinet du thérapeute.

On peut augmenter progressivement l’exposition et, au fur et à mesure que les compétences sont développées, l’élève peut les mettre en pratique dans des situations de la vie réelle (près de l’école, en classe, dans l’établissement).

Bien que le degré d’anxiété varie d’une personne à l’autre et qu’il n’existe pas de recette unique pour le surmonter, la psychothérapie et ses différentes variantes sont généralement très efficaces, car elles soulagent les symptômes et aident à modifier les schémas de pensée et les comportements en général.

Essayer des techniques d’auto-assistance utiles

Les techniques d’auto-assistance, du moins les meilleures, sont issues de la thérapie cognitivo-comportementale, à la différence qu’elles peuvent être utilisées de manière plus décontractée, en dehors du cadre formel de la psychothérapie.

Respiration profonde :

Il est courant, pour ceux d’entre nous qui souffrent d’anxiété, de remarquer les symptômes physiques plus facilement que les symptômes psychologiques.

C’est une bonne chose, car cela nous permet de les modifier. L’un de ces symptômes de la phobie scolaire est une mauvaise respiration.

Il est recommandé d’apprendre ce type d’exercices à l’enfant et l’encourager à le faire régulièrement.

Techniques de relaxation :

Elles sont souvent très utiles pour les enfants qui ont peur de se livrer à des activités scolaires.

Il existe la relaxation progressive, qui consiste à alterner entre la tension et la détente des groupes de muscles pour obtenir un sentiment de relaxation.

L’entraînement autogène de Schultz, qui est étroitement lié à la méditation, est également recommandé.

Auto-exposition :

Avec des conseils appropriés et beaucoup de prudence, certains guides d’auto-assistance recommandent une exposition individuelle et autoguidée.

Certaines de ces techniques comprennent l’exposition en direct ou l’exposition imaginée.

Ce type de technique aide les adolescents, à leur propre rythme, à cesser d’éviter ce qu’ils craignent et à commencer à trouver ce qui leur plaît dans les différentes activités scolaires auxquelles ils sont exposés.

Pour aller plus loin :